Nouveau règlement à Rimouski: les enfants devront être tenus en laisse dans les parcs

Plusieurs piétons et cyclistes qui se font couper par des enfants imprudents ont reçu la nouvelle avec enthousiasme. " Les enfants ralentissent souvent mon entrainement en courant n'importe où et ils pourraient me blesser si j'entre en collision avec eux, la laisse va réduire les risques"

La ville de Rimouski vient d'adopter un nouveau règlement qui sème déjà la controverse: les enfants de moins de 6 ans devront être tenus en laisse dans les parcs d'ici le mois prochain. À l'instar des chiens, les parents devront s'équiper d'une laisse pour promener leur marmaille dans les parcs.

Plusieurs piétons et cyclistes qui se font couper par des enfants imprudents ont reçu la nouvelle avec enthousiasme. " Les enfants ralentissent souvent mon entrainement en courant n'importe où et ils pourraient me blesser si j'entre en collision avec eux, la laisse va réduire les risques" a déclaré un amateur de course en plein air. Un parent mécontent a également voulu commenter la nouvelle: " Je suis scandalisé par ce règlement, déjà que le ritalin ralenti mon enfant, imaginez si en plus je lui mets une laisse..."

Selon un fan de TVA nouvelle , ce règlement va assurer la protection des enfants contre les très nombreux kidnappeurs et pédophiles qui rôdent depuis un certains temps dans nos parcs.

Le conseil municipal se félicite de contribuer à la sécurité des enfants et regarde la possibilité d'implanter une puce électronique dans chacun des nouveaux-nés dès l'an prochain.

Partagez avec vos amis!

Facebook icon
Twitter icon
Google icon
Del.icio.us icon
Digg icon
MySpace icon
Pinterest icon
Reddit icon
Yahoo! icon
e-mail icon

À lire aussi

La Guignolée des Médias: comment se déculpabiliser à rabais

Dans la tradition du gain d'efficacité maximal et de la recherche du coût marginal optimal, la guignolée des médias est de retour afin d'offrir à tous et chacun l'opportunité de se déculpabiliser à rabais en donnant 25 cents pour obtenir un papier ayant coûté 1$ à imprimer, devant le regard approbateur d'une célébrité de la machine médiatique.