Un homme dans la trentaine arrêté pour violence conjugale sur les réseaux sociaux.

C'est hier soir vers 21h15 après deux plaintes de deux femmes différentes que l'homme a été appréhendé par la SQ au Tim Horton centre-ville. L'homme venait tout juste d'envoyer plusieurs messages à 5 autres de ses copines qui ont aussi à leur tour toutes porté plainte.

"C'est dégueulasse dire des choses comme ça. ‎J'arrive tout simplement pas à le supporter, après avoir vu ces messages là. J'en dors plus" dit en tremblant une des victimes encore ébranlée par les nombreuse fautes d'orthographe de l'accusé.

"Je vois encore les participes passés mal accordés et j'arrive pas à concevoir que quelqu'un puisse être aussi perturbant." dit avec un regard vide une autre victime du maniaque.

‎L'accusé comparaîtra lundi au palais de justice de Rimouski pour répondre à des accusations d'utilisation déficiente des mots "sais", "c'est", "s'est", "ces" et de "ses". Ainsi que de toujours conjuguer le verbe avec l'adjectif donnant un ton douche bag à ses phrases.

Le sergent Rosevelt qui a lui même procédé à l'arrestation s'est dit lui même victime des phrases infâmes du violateur orthographique. "Quand je lui ai mis la main au collet il m'a dit : j'ai pô rien faite, si j'arrais queux qu'chose à m'arprocher j'arrais été me cacher mieux"‎ le sergent aurait aussi avoué à nos journalistes qu'il commence à se sentir bien vieux pour ce travail parfois intense.

Un expert en correction au collège classique a été contacté pour recueillir son point de vue‎ sur les cas de violences conjuguants sur les réseaux sociaux. "C'est pas juste une faute ou deux échappée par-ci et par là qui fait bien rire tous le monde non! C'est des messages complets qui ne sont pas l'oeuvre d'autocorrection mal programmée, non c'est plus fort que ça encore et c'est très douloureux à lire parfois."

Luc Lemire, agent de sécurité des annonces Kijiji à Québec, nous a contacté sous le couvert de l'anonymat pour nous parler de son quotidien. "De plus en plus, les annonces deviennent violentes. Des fois même la photo ne concorde pas avec la description de l'article qui semble parler de choses‎ complètement différentes. Et moi je dois m'assurer qu'il n'y aie pas d'abus" nous dit-il avant d'éclater en sanglots.

L'accusé (s'il ne réussit pas à comprendre que les si n'aiment pas les raies) risque jusqu'à 6 mois de prison et 500 heures de cours de français forcées à purger dans une école secondaire.

Partagez avec vos amis!

Facebook icon
Twitter icon
Google icon
Del.icio.us icon
Digg icon
MySpace icon
Pinterest icon
Reddit icon
Yahoo! icon
e-mail icon

À lire aussi

La Guignolée des Médias: comment se déculpabiliser à rabais

Dans la tradition du gain d'efficacité maximal et de la recherche du coût marginal optimal, la guignolée des médias est de retour afin d'offrir à tous et chacun l'opportunité de se déculpabiliser à rabais en donnant 25 cents pour obtenir un papier ayant coûté 1$ à imprimer, devant le regard approbateur d'une célébrité de la machine médiatique.